Le fou
Maurice ROLLINAT (1846-1903)

Je rêve un pays rouge et suant le carnage, 
Hérissé d'arbres verts en forme d'éteignoir, 
Des calvaires autour, et dans le voisinage 
Un étang où pivote un horrible entonnoir.

Farouche et raffolant des donjons moyen âge, 
J'irais m'ensevelir au fond d'un vieux manoir :
Comme je humerais le mystère qui nage 
Entre de vastes murs tendus de velours noir !

Pour jardins, je voudrais deux ou trois cimetières 
Où je pourrais tout seul rôder des nuits entières ; 
Je m'y promènerais lugubre et triomphant,

Escorté de lézards gros comme ceux du tigre.
– Oh ! fumer l'opium dans un crâne d'enfant, 
Les pieds nonchalamment appuyés sur un tigre !



Merci d'avoir consulté Le fou de Maurice ROLLINAT (1846-1903)