Femmes damnées
Les fleurs du mal (1861)
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    Comme un bétail pensif sur le sable couchées, 
    Elles tournent leurs yeux vers l'horizon des mers, 
    Et leurs pieds se cherchent et leurs mains rapprochées 
    Ont de douces langueurs et des frissons amers. 
    
    Les unes, cœurs épris des longues confidences, 
    Dans le fond des bosquets où jasent les ruisseaux, 
    Vont épelant l'amour des craintives enfances 
    Et creusent le bois vert des jeunes arbrisseaux ; 
    
    D'autres, comme des sœurs, marchent lentes et graves 
    À travers les rochers pleins d'apparitions, 
    Où Saint Antoine a vu surgir comme des laves 
    Les seins nus et pourprés de ses tentations ; 
    
    Il en est, aux lueurs des résines croulantes, 
    Qui dans le creux muet des vieux antres païens 
    T'appellent au secours de leurs fièvres hurlantes, 
    Ô Bacchus, endormeur des remords anciens ! 
    
    Et d'autres, dont la gorge aime les scapulaires, 
    Qui, recelant un fouet sous leurs longs vêtements, 
    Mêlent, dans le bois sombre et les nuits solitaires, 
    L'écume du plaisir aux larmes des tourments. 
    
    Ô vierges, ô démons, ô monstres, ô martyres, 
    De la réalité grands esprits contempteurs, 
    Chercheuses d'infini, dévotes et satyres, 
    Tantôt pleines de cris, tantôt pleines de pleurs, 
    
    Vous que dans votre enfer mon âme a poursuivies, 
    Pauvres sœurs, je vous aime autant que je vous plains, 
    Pour vos mornes douleurs, vos soifs inassouvies, 
    Et les urnes d'amour dont vos grands cœurs sont pleins !



Merci d'avoir consulté Femmes damnées de Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

Femmes damnées est un extrait du livre "Les fleurs du mal (1861)" - CLE