Parce que l’homme est homme...
Stéphane d'ARC (1966)

Parce que l’homme est homme, il n’y a en fait de certitude que des croyances. Même la rotondité de la Terre, aussi indéniable et réelle soit-elle, n’est, du point de vue humain, qu’une croyance.

Sans doute la plus grande passion qui anime l’homme est-elle la vérité, et bien qu’il s’en défende en permanence et sur tous les fronts, il exige de sa propre vérité qu’elle soit celle de tous. Sa seconde passion, qui marche main dans la main avec la première et suscite tant de guerres et de violences, l’homme lui est davantage attaché. Cette passion, cultivée avec le plus grand soin, creuset de toute haine et de tout amour, c’est l’ignorance.

L’émotion est la plupart du temps perçu comme un baromètre du vrai. En relever la température, c’est estimer la moralité de l’acteur. Car il n’y a pas plus construit et illusoire que l’émotion. Il s’agit de théâtre, et de cette absolue certitude que ce qu’on perçoit ne peut être que vrai. Celui qui joue bien la partition de l’émotion a donc toutes les chances d’être reçu par ses semblables avec la plus grande approbation puisque celle-ci affiche dans le plus parfait éclat la vérité de son être.

Réflexions - 2020.



Merci d'avoir consulté Parce que l’homme est homme... de Stéphane d'ARC (1966)