À une femme — Melancholia VII
Poèmes saturniens (1866)
Paul VERLAINE (1844-1896)

À vous ces vers, de par la grâce consolante
De vos grands yeux où rit et pleure un rêve doux,
De par votre âme pure et toute bonne, à vous
Ces vers du fond de ma détresse violente.

C’est qu’hélas ! le hideux cauchemar qui me hante
N’a pas de trêve et va furieux, fou, jaloux,
Se multipliant comme un cortège de loups
Et se pendant après mon sort qu’il ensanglante !

Oh ! je souffre, je souffre affreusement, si bien
Que le gémissement premier du premier homme
Chassé d’Eden n’est qu’une églogue au prix du mien !

Et les soucis que vous pouvez avoir sont comme
Des hirondelles sur un ciel d’après-midi,
– Chère,– par un beau jour de septembre attiédi.



Merci d'avoir consulté À une femme — Melancholia VII de Paul VERLAINE (1844-1896)

À une femme — Melancholia VII est un extrait du livre "Poèmes saturniens (1866)" - CLE