Sonnet ɪ
Le Mépris de la vie et Consolation contre la mort (1594)
Jean-Baptiste CHASSIGNET (1571-1635)

Mortel pense quel est dessous la couverture
D’un charnier mortuaire un corps mangé de vers,
Décharné, dénervé, où les os découverts,
Dépoulpés, dénoués, délaissent leur jointure :
Ici l’une des mains tombe de pourriture,
Les yeux d’autre côté détournés à l’envers
Se distillent en glaire, et les muscles divers
Servent aux vers goulus d’ordinaire pâture :
Le ventre déchiré cornant de puanteur
Infecte l’air voisin de mauvaise senteur,
Et le nez mi-rongé difforme le visage ;
Puis connaissant l’état de ta fragilité,
Fonde en Dieu seulement, estimant vanité
Tout ce qui ne te rend plus savant et plus sage.



Merci d'avoir consulté Sonnet ɪ de Jean-Baptiste CHASSIGNET (1571-1635)

Sonnet ɪ est un extrait du livre "Le Mépris de la vie et Consolation contre la mort (1594)" - CLE