La surveille de mes noces
Anonyme

La surveille de mes noces
Ah ! Grand Dieu, que la nuit dura !
Mis la tête à la fenêtre,
Vis la lune au coin du bois.

Le point du jour, arrive, arrive
Le joli jour, vive l'amour.

Hé, bonjour, dame la lune,
Tu n'est donc encor que là !
Je te croyais à six heures,
Et minuit n'arrive pas.

Mais sa mère qu'est aux écoutes.
Elle entend ce discours là.
Tais-toi donc, petite sotte,
Le bon Dieu te punira.

Quand tu seras dans ton ménage,
Au logis tu resteras.
Ton mari n'y sera guère,
Que pour l'heure des repas.

Tu feras comme font les femmes :
Ton mari tu serviras,
Et quand tu seras trop vieille,
Il se détournera de toi.

Il ira voir la servante
Pendant que tu n'y seras pas
Lui disant les mêmes choses
Qu'il te disait autrefois.



Merci d'avoir consulté La surveille de mes noces de Anonyme