Le flambeau vivant
Les fleurs du mal (1861)
Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

    Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières, 
    Qu'un Ange très-savant a sans doute aimantés ; 
    Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères, 
    Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés. 
    
    Me sauvant de tout piège et de tout péché grave, 
    Ils conduisent mes pas dans la route du Beau ; 
    Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave ; 
    Tout mon être obéit à ce vivant flambeau. 
    
    Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique 
    Qu'ont les cierges brûlant en plein jour ; le soleil 
    Rougit, mais n'éteint pas leur flamme fantastique ; 
    
    Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil ; 
    Vous marchez en chantant le réveil de mon âme, 
    Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme !



Merci d'avoir consulté Le flambeau vivant de Charles BAUDELAIRE (1821-1867)

Le flambeau vivant est un extrait du livre "Les fleurs du mal (1861)" - CLE